Potentiel

Les zones de failles sont prometteuses

Le potentiel pour les systèmes hydrothermaux de grande profondeur peut difficilement être évalué sans analyse pour diverses raisons: en premier lieu, l’eau présente dans le sous-sol doit y être en quantité et à la température souhaitées. On n’a pas besoin de la même quantité d’eau et de la même température élevée pour tous les usages. Des températures très élevées sont nécessaires pour la production d’électricité, alors que des températures moins élevées (45-90° C) suffisent pour l’alimentation du réseau de chaleur à distance. Étant donné que la chaleur ne peut pas être transportée sur de longues distances, les utilisateurs potentiels doivent résider ou s’installer là où est extraite la chaleur.

Partout mais de façon différente
En Suisse, le sous-sol plus profond est à peine connu. Au-delà de 1’000 m de profondeur les connaissances d’éventuels réservoirs aquifères sont très souvent lacunaires. Plus la profondeur est importante, moins on dispose de connaissances. Seuls des forages peuvent démontrer si de l’eau est présente en profondeur. En Suisse, seuls 11 forages ont livré des informations ponctuelles à plus de 3‘000 m de profondeur.
Des formations géologiques permettant à l’eau de circuler naturellement doivent se trouver en sous-sol (aquifère). L’eau peut couler à travers des roches dès qu’il y a suffisamment de grandes cavités (pores), des fissures connectées entre elles (zones de failles) dans la roche ou en cas de roches calcaires et dolomites issues de l’érosion karstique (conduits, cavités). Plus on gagne en profondeur, moins il y a d’eau. Dans des profondeurs à plus de 3’000 m, seules desdites perturbations ont un potentiel notable. À part dans de telles zones de failles, les perspectives de pouvoir exploiter de manière économiquement viable des aquifères profonds sont moindres.

Le Jura, les Préalpes et les Alpes ont du potentiel
Un profil transversal du Plateau suisse montre où des zones de failles à des profondeurs de plus de 3‘000 m ont été décelées ou sont supposées. Sur tout le Plateau, il n’existe que de grandes perturbations très isolées. Par principe, le potentiel pour une installation hydrothermale de grande profondeur est probablement faible sur le Plateau. Par contre, les zones de failles surtout dans le Jura plissé, des Préalpes et le long des Alpes pourraient présenter un bon potentiel géothermique.

Profil transversale du Plateau suisse

On trouve les perturbations présentant le plus grand potentiel pour la géothermie hydrothermale dans le Jura, les Préalpes et les Alpes. (Source: Dr Roland Wyss GmbH)

On trouve les perturbations présentant le plus grand potentiel pour les systèmes hydrothermaux de grande profondeur dans le Jura, les Préalpes et les Alpes. (Source: Dr Roland Wyss GmbH)

La technologie hydrothermale de grande profondeur représente la forme d’utilisation «classique» et est éprouvée. La technique limite à peine le potentiel. Cependant, la profondeur maximale des installations de forages « normales » est approximativement atteinte avec 7 km. Par contre, les installations hydrothermales de grande profondeur et pétrothermales ne sont pas strictement séparées les unes des autres dans la nature. Dans les aquifères, la quantité d’eau exploitable peut être améliorée par une stimulation hydraulique, alors qu’un système pétrothermal peut aussi être développé dans un aquifère peu productif.